JOHN GAILO

ISC

17 NOVEMBRE

BILLETS

Il est malheureusement déjà mort, ce vieux casse-cou du rock. Il est temps pour une transplantation d’organes. JOHN GAILO prend des raisins et balance de l’électricité dans les tissus. Il y a les poumons, les œufs et une ou deux jambes pour que Frankenstein se lance sur la piste de danse. La claque idéale pour le public qui souffre d’ennui idéologique.

JOHN GAILO chute dans un pantalon serré et des masques blancs qui sortent de la boîte de genre, tout en sprayant « pinkrock » partout.

Une hanche se balance vers les guitares électriques, tandis que des anges prétentieux chantent le tonnerre à fleur de peau. La tête marque le rythme de la basse qui se précipite avec élégance dans les interstices de la grosse caisse, avec un grand coup de pied dans l’échine de l’exploit qu’est le grand slam.